Vous êtes ici

Éviter la hausse du prix de l’électricité

La facture d’énergie des ménages s’alourdit d’année en année.

Selon la Commission d’enquête du Sénat sur le coût réel de l’électricité, elle pourrait grimper de 50% d’ici 2020 et de 100% d’ici à 2023.

De son côté, l’ADEME table plutôt sur une augmentation de 3% par an dans son étude prospective « Compétitivité et emploi filière solaire en France: état des lieux et prospective 2023 ».

Il semble donc difficile de s’y retrouver.

Afin de vous aider à comprendre ces hausses et à vous en prémunir, on fait le point en 5 minutes !

Pourquoi le prix de l’électricité augmente-il chaque année ?

Raison n°1 : le nucléaire

Entre l’opération de « Grand Carénage », dont le but est de porter la durée de vie des centrales nucléaires au-delà de 40 ans, et le démantèlement des centrales, la facture commence à devenir très lourde.

D’après les magistrats de la Cour des comptes, le montant avoisinerait les 110 milliards d’euros d’ici 2033.

Greenpeace, de son côté, a fait réaliser une étude par le cabinet WISE-Paris.

Les prévisions indiquent un coût moyen de 4,35 milliards d'euros par réacteur, soit une somme totale de 252.30 milliards.

Enfin, EDF semble plus « conservatrice » et annonce seulement un montant de 55 milliards d’euros pour moderniser ses 58 réacteurs nucléaires français à l’horizon 2025.

Alors que retenir ?

Il est complexe de déterminer à quel point ces évolutions vont peser dans les factures d’électricité pour les années à venir.

En effet, les prévisions ont toutes des hypothèses très différentes, qui engendrent des montants allant du simple au quintuple.

Néanmoins, on peut supposer que l’entretien et le démantèlement d’un parc nucléaire vieillissant tireront les prix de l’électricité vers le haut.

Raison n°2 : l’entretien du réseau de distribution

Vous le savez, vous pouvez librement choisir votre fournisseur d’électricité.

Cela dit, la gestion des réseaux de transport et de distribution d’électricité est uniquement assurée par Enedis (ex-ERDF).

Le Tarif d’utilisation des Réseaux Publics d’électricité, ou TURPE, permet à ce dernier de se rémunérer et d’assurer ainsi la libre concurrence sur le marché des fournisseurs d’énergies.

Ce tarif est en constante augmentation ces dernières années. Reste à voir comment il évoluera à l’avenir.

Raison n°3 : les énergies renouvelables

Les énergies renouvelables participent actuellement et dans une certaine mesure à l’augmentation du prix de l’électricité au travers de dispositifs de soutien.

Le tarif de rachat bonifié de votre production ou la prime à l’investissement pour l’autoconsommation sont ainsi financés par la Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE).

Concrètement, la CSPE est un prélèvement de nature fiscale sur tous les consommateurs d'électricité en France.

Elle est destinée à dédommager les opérateurs des surcoûts engendrés par les obligations qui leur sont imposées par la loi sur le service public de l'électricité.

Le montant total de la CSPE était de 7,03 milliards d’euros en 2016. La part du photovoltaïque était de 2,4 milliards d’euros, soit 34,1%.

Cela dit, l’incidence du photovoltaïque sur la CSPE devrait fortement se réduire dans les prochaines années. La filière sera en effet bientôt compétitive sans subventions. Le syndicat ENERPLAN a même affirmé cette année que le photovoltaïque rapporterait de l’argent à l’État dès 2026 !

Alors comment éviter ces hausses du prix de l’électricité ?

Vous pouvez réduire vos factures d’électricité grâce à une installation solaire en autoconsommation.

En effet, l’autoconsommation photovoltaïque permet de produire votre propre électricité grâce à des panneaux solaires installés sur votre toit.

Une fois produite, vous pouvez librement :

  • Consommer directement votre électricité verte pour faire fonctionner vos appareils électriques (lumière, box internet, téléphone, chauffage…).
  • Stocker votre excédent de consommation sur une batterie afin de la consommer plus tard.
  • Vendre le surplus de production au gestionnaire de réseau.

En clair, cela signifie que l’électricité que vous ne consommez peut être vendue au gestionnaire de réseau à 0,10€ par kWh.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus