Teréga (ex-TIGF) : transport et stockage de gaz en France

Logo Terega TIGF gaz

Fort de ces plus de 70 ans d'expérience, TIGF a changé de nom en 2018 pour devenir Teréga. Sa mission reste le même : développer des infrastructures qui permettent de transporter et de stocker le gaz naturel. Occupant un rôle majeur dans le secteur de l'énergie, Teréga a pour objectif d'accélérer la transition énergétique et de faire du gaz « une énergie d'avenir ». L'entreprise souhaite faire le lien entre le modèle de production d'énergie historique, qui repose en grande partie sur un système de production centralisée et majoritairement fossile, et un modèle ayant une empreinte nulle sur l'environnement grâce un mix énergétique diversifié.


Teréga (ex-TIGF) : présentation du transporteur de gaz

Lorsque Teréga a été créé en 2005, le transporteur portait le nom GSO (Société nationale du Gaz du Sud-Ouest). Cette création avait pour but d'accompagner l'exploitation du gisement de gaz de Lacq dans le sud-ouest de la France. En 2013, le transporteur de gaz prend le nom TIGF et devient une filiale Total, jusqu'à ce que le groupe cède la société à un consortium d'entreprises (SNAM-GIC-EDF).

En 2018, l'entreprise change de nom et devient Teréga. Ce changement vise notamment à « reconstruire l'identité de l'entreprise ». Un nouveau projet accompagne ce changement de nom, celui de jouer un rôle essentiel dans la transition énergétique.

  • Teréga (ex-TIGF) en quelques chiffres (2017)
  • 14% du réseau français de gazoducs de transport de gaz naturel ;
  • 5055 km de canalisations ;
  • 24,4% des capacités françaises de stockage de gaz ;
  • 471 M € de chiffre d'affaires ;
  • 177 M € d'investissements ;
  • 35% de réduction des émissions de gaz à effet de serre depuis 2012 ;
  • 80% de déchets valorisés ;
  • 2,84 Gm3 de volume commercialisable ;
  • 55 clients pour le transport ;
  • 16 clients pour le stockage.

« Energie "en transition", le gaz est au cœur de mutations technologiques qui en font une solution d'avenir. »

Dominique Mockly, Directeur Général de Teréga source

Découvrez la vidéo ci-dessous pour en apprendre davantage sur Teréga, ses engagements et ses actions :

 

Teréga : transport et stockage du gaz naturel

Le transport du gaz naturel

transport gaz connexion réseau

Le rôle des gazoducs Teréga est d'acheminer le gaz naturel depuis les sites d'extraction ou de stockage, vers les sites chargés du traitement du gaz naturel. Ces gazoducs acheminent ensuite le gaz qui a été traité, pouvant être consommé, vers les consommateurs

Les gestionnaires de réseaux de transport (GRT) ont plusieurs missions :

  • entretenir le réseau de gazoducs déjà existants ;
  • développer le réseau de distribution de gaz naturel ;
  • s'assurer que l'approvisionnement de gaz vers les clients soit continu  ;
  • acheminer le gaz naturel jusqu'aux consommateurs ;
  • assurer un accès au réseau de transport à chacun des expéditeurs de gaz naturel agréés.

Le stockage du gaz naturel

Teréga stocke également de l'énergie dans ses sites de stockage. Ils permettent de stocker de l'énergie massivement et d'agir en fonction des variations des saisons, ou de la demande des consommateurs.

Ce stockage permet à Terèga de garantir ainsi une sécurité d'approvisionnement aux consommateurs de gaz naturel.

Teréga compte deux sites de stockages souterrains :

  • Lussagnet dans les Landes,
  • Izaute dans le Gers.

Teréga : répondre aux défis énergétiques français et européens

défis énergétiques France et Europe

Teréga : un acteur majeur sur le marché du gaz

Acteur majeur du marché du gaz, que ce soit au niveau national ou territorial, Teréga occupe une situation stratégique au sein des flux gaziers européens. Cette position permet à Teréga d'assurer une sécurité d'approvisionnement en gaz.

Le gaz naturel est d'abord extrait, puis il est acheminé par des méthaniers ou par un réseau de gazoducs. L'énergie est ensuite acheminée jusqu'au réseau de distribution. Cette étape d'acheminement est assurée par les deux gestionnaires de Réseau de Transport (GRT) en France, Teréga (ex-TIGF) et GRTgaz (filiale d'Engie - ex GDF, tout comme GRDF, le gestionnaire du réseau de distribution de gaz).

Deux transporteurs de gaz naturel en France GRTgaz est le principal transporteur de gaz en France. Il est détenu à 75% par Engie (ex-GDF Suez proposant les tarifs réglementés du gaz). Teréga gère le réseau de transport du gaz naturel dans le sud-ouest de la France.

Le gaz naturel : une énergie clés dans la transition énergétique

L'objectif de Teréga est de participer à l'accélération et au développement des applications nouvelles du gaz pour la transition énergétique, grâce à différentes actions :

  • le biométhane : un poste d'injection biométhane a été mis en service grâce à Teréga. Trois autres projets d'injection de biométhane ont également été signés par le transporteur de gaz ;
  • le Gaz Naturel Véhicule (GNV) : Teréga est partenaire d'études d'implantation de stations GNV en France ;
  • l'intégration des réseaux d'énergie (Power to Gas) : Teréga s'engage avec d'autres partenaires dans le démonstrateur industriel JUPITER 1000 qui permet le stockage massif d'énergies renouvelables sous forme de gaz ;
  • le stockage et le recyclage du CO2 : Teréga a le projet de d'agir dans le recyclage du CO2 et a lancé un programme de recharge sur un stockage géologique de CO2.

Teréga et le programme BE Positif : un bilan environnemental positif

environnement gaz vert biométhane

BE Positif est un programme environnemental collaboratif de Teréga. L'objectif principal de ce programme est d'atteindre une empreinte nulle dans toutes les activités du tranporteur d'ici 2020. En plus d'avoir une empreinte nulle sur l'environnement, Teréga souhaite aussi avoir un impact positif en générant de la valeur environnementale.

Plusieurs actions sont mises en place dans le cadre du programme BE Positif :

  • un accord BE Positif est mis en place en interne ;
  • des véhicules GNV (Gaz naturel pour véhicules) circulent au sein des parcs automobiles de Teréga ;
  • des opérations de recompression mobile sont mises en place ;
  • Teréga s'engage à compenser l'intégralité de ses émissions de CO2 ;
  • les écosystèmes traversés lors de ses chantiers sont reconstitués.

Teréga : des échanges fluidifiés et des infrastructures renforcées

Le prix du gaz unifié en France

Il y a des écarts de prix du gaz naturel entre le Nord et le Sud de la France. Le projet de Teréga « Renforcement Gascogne Midi - RGM » a pour but de renforcer les infrastructures de transport de gaz, et ainsi de supprimer cet écart de prix.

Ce projet doit permettre d'acheminer le gaz naturel vers le sud-est de la France, depuis la zone Teréga.

Depuis novembre 2018, il n'y a plus qu'une seule zone d'échange de gaz sur l'Hexagone Trading Region France (TRF). Cette zone est constituée d'un marché virtuel appelé « Point d'Echange Gaz ». Teréga et GRTgaz, tous deux transporteurs, se partagent désormais l'organisation de ce marché, permettant ainsi de renforcer leur collaboration.

Le renforcement de la sécurité d'approvisionnement du gaz naturel

Le projet STEP (South Transit East Pyrenees) est un projet de solidarité énergétique, que Teréga a créé afin de renforcer la sécurité d'approvisionnement du gaz naturel.

L'objectif principal du projet STEP est de créer une interconnexion gazière entre la France et l'Espagne. Cela doit permettre de favoriser les échanges de gaz entre les deux pays.

Le projet a également pour objectif de permettre l'intégration du marché espagnol au sein du réseau de transport de gaz européen.

C'est Teréga qui est en charge de la partie française du projet. Il s'agit de concevoir, de construire et de déployer une canalisation permettant le transport du gaz, reliant un des site de compression de Teréga (dans l'Aude) à la frontière espagnole.

La sécurité au cœur des priorités de Teréga

La sécurité est au cœur des préoccupations de Teréga (ex-TIGF). Afin de garantir une sécurité à ses collaborateurs et partenaires, ainsi que la sécurité de ses installations, Teréga a mis en place un certain nombre de mesures :

  • la surveillance fréquente du réseau,
  • la mise en place de mesures de sécurité supplémentaires,
  • un programme d'inspection au sein des infrastructures,
  • des essais périodiques sur ses installations,
  • la mise en place d'exercices de crises,
  • l'élaboration d'études régulières,
  • le déploiement d'actions de sensibilisation auprès de ses collaborateurs et partenaires,
  • le développement de tests de protection novatrices,
  • la mise en place d'une politique de prévention des accidents.
Mis à jour le
 

Autres articles sur le même sujet :